DEMAIN.EU
SUSTAINABLE LIVING

    

.

 

 

 

 

 

 

.

 Ce site reflète une approche subjective et partielle de ce qui pourrait être fait pour un mode de vie soutenable à partir d'une expérience de terrain :
en France y compris l'outre-mer et dans quelques pays européens. Bref, un peu de vécu avec plein de contradictions... tout n'est pas bio, loin de là !
En consultant ce site, vous acceptez les cookies. Sinon, merci de votre visite.
Toutes les informations contenues dans ce site n'engagent en aucun cas la responsabilité des auteurs quant à l'usage qui pourrait en être fait.

.

 Accueil

 

 

 

 

 Vêtements

 

 

 Supermarchés
 bio

 

 

 Des sacs à
 dos "urbains"

 

 

 Fruits et
 légumes bio

 

 

 Restau
 bio
& vegan

 

 

 Vélo Bicycle

 

 

V O Y A G E S

Guyane

Expériences de la vie quotidienne


© Emmanuel Boutinard

 

 Territoire français d'outre-mer et région ultra-périphérique européenne, la Guyane suscite de prime abord une certaine appréhension. C'est l'image du bagne, de la nature parfois hostile et du climat chaud et humide qui vient à l'esprit. Quelques faits divers complètent ce tableau.
Si la Guyane relève bien de ces clichés, elle recèle également de nombreuses surprises et d'indéniables atouts. Tout en restant très vigilant et à condition de s'y être préparé(e), la Guyane française s'avère riche en rencontres humaines et en découvertes naturelles et culturelles.
Située en zone intertropicale de convergence, le climat y varie avec une saison des pluies et une saison sèche où les températures les plus élevées s'observent en octobre. Quand la saison des pluies survient de décembre à juillet, l'ombre des nuages est plus que bienvenue. En mars, le "petit été" apporte un bref répit à certaines journées parfois diluviennes. Les sols sont lessivés, l'eau, source de vie, tombe en grande abondance.
La Guyane, c'est aussi et surtout une mosaïque de cultures. Au détour d'une rue de Cayenne -au trottoir un peu désarticulé- vous entendrez parler brésilien, chinois, créole... et français. L'héritage culturel des noirs marrons et des amérindiens est également accessible pour peu que vous vous y intéressiez en évitant les pièges à touristes.
La Guyane donne ainsi le sentiment d'un potentiel important dont la mise en valeur semble parfois difficile malgré la manne française et européenne. Certains prix peuvent aussi surprendre. Heureusement quelques grandes surfaces et des producteurs locaux vous ramèneront les pieds sur terre.

 L'autre fait notable, c'est l'espace (recouvert de végétation).
Tout ici n'est pas encore artificialisé notamment sur la côte. La nature est omniprésente à proximité ainsi que dans les villes et villages. Vu -entre autres- la pression démographique qui nécessitera toujours plus de logements, d'insfrastructures et d'activités économiques, cela risque néanmoins de changer. Les habitants ne réalisent peut-être pas totalement la chance qu'ils ont et les défis représentés par une minéralisation et artificialisation excessives. Leur destin est pourtant en grande partie entre leurs mains.

Un des facteurs d'une croissance économique "durable" consisterait justement à préserver et "entretenir" la végétation notamment
en zone urbaine et péri-urbaine. Il s'agit plus particulièrement des arbres, isolés ou en massifs d'une certaine taille. Au-delà de l'ombre générée, ces derniers ont une fonction très importante d'évapotranspiration. Cet effet de "climatisation naturel" et "miraculeux" permet d'éviter le recours massif à une climatisation (artificielle) énergivore et amplificatrice du phénomène d'îlot de chaleur urbaine. Des carrés "naturels" et "spontanés" de végétation existent encore, ici et là, notamment en plein Cayenne. Peut-être faudrait-il les préserver et les sanctuariser ?

Par ailleurs,
un cadre un peu plus agréable, végétalisé et ombragé peut grâce au confort gagné, à l'économie d'énergie et d'argent, inciter à davantage sortir pour faire des achats, boire un verre...
Quelques coulées vertes urbaines -en bac ou dans le sol- le long de certaines (très) larges avenues de Cayenne pourraient également donner une image "touristique" un peu plus "représentative" de ces portes de la forêt équatoriale. N'y aurait-il pas ici un intérêt commun entre écologie et économie ?

1. La nature - 2. L'histoire - 3. Cultures Artisanat - 4. Se nourrir - 5. Précautions - 6. Les prix - 7. Se déplacer

 

 

 


 1. Une nature omniprésente  -  Une faune et flore exceptionnelles  -  La forêt, les fleuves et le littoral

Le patrimoine est infini et relativement facile d'accès. Parcs et réserves naturelles maillent le territoire afin de préserver mais aussi mettre en valeur cette diversité biologique et culturelle.
Le parc naturel régional de guyane propose notamment "
26 sentiers à découvrir" sur tout le littoral ou à proximité, guyane-parcregional.fr.

Quant au parc amazonien de Guyane, situé à l'intérieur des terres, il forme le plus grand parc national français. C'est également la plus grande zone mondiale de forêt tropicale protégée avec son équivalent brésilien des montagnes du Tumucumaque,
parc-amazonien-guyane.fr. Des itinéraires -au départ de Saül notamment- sont décrits via le site dédié rando.guyane-parcnational.fr.

Afin d'organiser vos balades en forêt et bénéficier des conseils et précautions indispensables, les guides locaux se sont regroupés dans un site internet très pratique,
guides-guyane.com. Des associations proposent également des randonnées comme GuyaneTrek.com.
Proche du littoral, à l'est de Cayenne, les marais de Kaw forment l'une des six réserves naturelles de Guyane et un lieu unique pour observer les caïmans,
marais-kaw.com.
Et avant de pénétrer dans l'immensité équatoriale pour une découverte-sensibilisation à l'attention des enfants mais pas seulement, un zoo offre un condensé de nature ainsi qu'un havre de paix pour certains animaux handicapés,
zoodeguyane.com.

Enfin, si vous avez envie de passer un week-end à expérimenter le hamac à un tarif accessible,
escapade-carbet.com vous proposera de nombreuses adresses avec des commentaires de clients pour mieux choisir selon vos attentes.

 2. Une image et une histoire parsemées d'écueils

A l'image de la Guyane est inévitablement associée la forêt à la fois impénétrable et dangereuse, l'esclavage mais aussi le bagne. Au-delà de Saint-Laurent du maroni littéralement construite par et pour les bagnards et des îles du Salut où fut incarcéré Dreyfus, une trentaine de camps existait. Transportés, déportés et relégués constituaient cette population venue des quatre coins du monde. En tout, pendant un siècle, c'est 70 000 personnes qui furent envoyées ici soit plus que la population de ce territoire à l'après guerre.

Les 150 ans du dépôt pénitentier de Cayenne

Assez peu médiatisés, inconnus du grand public et des guides touristiques, Cayenne conserve pourtant 150 ans après leur construction des bâtiments intacts de son dépôt pénitentier (pointe Buzaré et à proximité).

 3. Une mosaïque de cultures se reflétant dans un Artisanat porteur de sens

La Guyane, c'est aussi une juxtaposition de groupes ethno-linguistiques avec les Amérindiens, les Noirs-marron, les Créoles, les Hmongs, les Chinois, les Brésiliens, les Haïtiens, les Métropolitains, etc.
L'impression de dépaysement peut être permanente à condition d'éviter le sentier balisé du touriste, de l'entre-soi qui guette tout élément exogène.
Un site,
une-saison-en-guyane.com, reflète assez bien cette richesse à travers certains de ses reportages sur les Amérindiens ou les Marrons. Pour approfondir, cette approche sur les Amérindiens, Wikipedia.org constitue une bonne source tout comme les dossiers très intéressants de l'Unesco.org avec leurs passerelles vers d'autres groupes ethniques. Etroitement lié à ses habitants, l'orpaillage clandestin est la face sombre de ce tableau avec ses retombées négatives en termes de pollution par le mercure qui menace l'avenir des plus jeunes et la violence qui accompagne son exploitation illégale. Une campagne pour le combattre et défendre les peuples autochtones est portée par Survivalfrance.org.  ainsi que HurleursdeGuyane.org.
Chaque année, le 9 août est consacrée aux
peuples autochtones à travers le monde. En Guyane, des animations sont proposées place des Palmistes à Cayenne.

 3.1 L'artisanat

Reflets de cette diversité ethnique, les artisanats de Guyane sont variés -travail du bois, ciel de case...- et bénéficient de l'héritage de plusieurs cultures. Les objets transmettent du sens et sont porteurs de savoir-faire ancestraux. Une association avec une boutique à Cayenne défend ces traditions en leur servant de vitrine : Gadepam.com.
Basé à Saint-Georges de l'Oyapock, le
Centre amérindien Panakuh (blog Facebook) propose également des stages de vanneries le long de l'océan, tél. 0594 590 744 / 0694 128 015, panakuh.association[@]yahoo.fr.
Et sur le littoral, à la sortie de Kourou, le
Centre amérindien Kalawachi.com organise des ateliers sur les savoir-faire traditionnels : vannerie, tissage de perles, ciels de case. Un éco-musée, sous carbet ovoïde complète cette approche avec la découverte du patrimoine naturel, tél. 0694 420 121 - sortie de Kourou, RN 1 dir. Sinnamary, à gauche 1,5 km.
Réalisé par l'ONF,
La route de l'art invite à un "voyage artistique dans l'ouest guyanais" au fil de rencontres enrichissantes. Vous pourrez y découvrir les villes de Mana, Awala-Yalimapo et Saint-Laurent-du-Maroni à travers les créations de leurs artisans. Le portfolio de David Damoison dans une-saison-en-guyane.com vous transportera déjà vers eux.
En parallèle, la Chambre des métiers programme chaque année
Les artisanales de Guyane. Et un portail, Artisansdeguyane.com, en donne un petit aperçu.
De manière plus contemporaine, de jeunes guyanais réinventent le mobilier avec les essences locales, des lignes épurées et un travail artisanal comme
Dissi.gf à Cayenne.

 3.2 Des savons et huiles essentielles naturels, la pharmacopée traditionnelle

Certains habitants se sont même lancés en utilisant les plantes guyannaises comme
GuyaNature avec des savons et huiles de soin ou encore Amitola cosmétiques naturels de Guyane signifiant arc en ciel en amérindien ou NatureAmazonie.com. Quant à La savonnerie de Guyane "Vitton", elle proposait, avant de fermer, des produits "Mamaribo" avec de l'huile de palme. Le collège Paule Berthelot y avait même effectué une visite pédagogique fort instructive en 2009. Reste une vidéo en ligne Dailymotion.com.
Un ouvrage "
Pharmacopée traditionnelle en Guyane créole, wayãpi, palikur" retrace tout l'intérêt des plantes locales quelle que soit leur forme ou usage (en pdf).

. Amitola : Facebook - Jean-Richard Lafleur 0694 41 51 68 - lssavonnerie1@gmail.com
. Nature Amazonie : natureamazonie.com
. GuyaNature :
FranceGuyane.mobi - PK 44,5 route de l'est Domaine Boulanger nord 97311 Roura par Matoury,
 tél. 0694 38 58 97 - 0694 22 32 39
  Vendredi et samedi, grande halle du marché de Cayenne - Dimanche, marché de Cacao.
. La savonnerie de Guyane "Vitton" : Les plantations d'Iracoubo PK 154 "Moucaya" 97350 Iracoubo, tél. 0594 34 66 62
. OFPAMG Organisation des filières des plantes aromatiques et médicinales de Guyane - ofpamg[@]yahoo.fr - tél. 0694 211 819


 4. Nourritures terrestres : de l'exotisme tropical aux cuisines du monde
En Guyane, une grande variété de fruits et légumes existe. Tout y pousse ou presque.

 4.1 Producteurs locaux

Le réseau rural des GAL - groupes d'actions locaux :
Reseaurural.fr/guyane permet de découvrir et de goûter à des spécialités locales en circuit court tout en favorisant l'emploi et le savoir-faire guyanais comme avec les Ti tablettes coco de Belles racines du GAL des savanes, Galdessavanes.fr/lesproducteurs (miel...)
Quatre GAL maillent ainsi le territoire et proposent leurs produits soit dans les marchés locaux (Cayenne...) soit dans des échoppes diverses et variées y compris les stations service pour les Ti tablettes coco.

. Belles racines - Produits artisanaux locaux - Piste Rococoua 97350 Iracoubo, tél. 0694 96 1010

 4.2 Fruits et légumes frais

Le plus intéressant marché est certainement celui de
Cayenne les mercredis, vendredis et samedis matin. Vous y trouverez de tout y compris sous la grande halle. Comme partout, il vaudra mieux essayer de privilégier le bio comme le stand de l'exploitation Eraste de Macouria. Ne pas arriver trop tard, avant sept heures et demi le samedi, si vous voulez qu'il reste quelque chose d'intéresssant.

Toujours à Cayenne tous les samedis matin :
- devant le Super U, au rond-point de l'hôpital, le marché des producteurs avec le stand des produits laitiers de chèvres et l'exploitation bio des "
Trois soeurs" (dans l'angle au fond à droite côté stationnement)
- devant le Géant Casino, l'
exploitation Alida qui dispose également d'une boutique à Kourou
- devant le Grand marché bio derrière le Géant Casino,
Fruits à Pains et Compagnies (oeufs bio extra frais, fruits...)
reportage de
FranceGuyane.mobi
Et pour un petit bouillon d'
awara -spécialité de pâques avec le fruit de ce palmier, direction Anto Case.

. Exploitation Eraste, bio : Macouria - bio.savane.sitew.com, tél. 0694 95 99 61
. Anto Case : Sophie Vidal, 710, chemin de la Chaumière 97351 Matoury, tél. 0694 44 93 76 - 0594 38 29 04, antocase973[@]gmail.com
. Fruits à pains et compagnie (oeufs, fruits) Philippe Enguehard, 10 lot. Quesnel ouest 97356 Montsinéry-Tonnegrande 0694 26 67 26, enguehard1philippe[@]gmail.com

A Rémire-Montjoly, tous les jeudis matin se tient, rue du Vieux chemin (à droite avant la route des plages en allant vers Dégrad des Cannes), un petit marché des producteurs. avec notamment l'exploitation de Jean-François Bézert.

A
Kourou, des paniers citoyens (M. Carbo) vous sont proposés
en plus de la boutique
Alida.

. Paniers citoyens : https://auxpanierscitoyens.wordpress.com/
. Exploitation Carbo, paniers bio : Bio-Savane - bio.savane.sitew.com, tél. 0694 21 17 11
. Exploitation Alida : Place Newton centre ville Kourou et PK 12 Dégrad Saramaca Kourou, tél. 0694 24 42 14

4.3 Confitures, fruits séchés, miel, sirops, tisanes, liqueurs, rhum...

Une petite productrice bio, les
Saveurs d'Inéry, propose confitures, sirops, bonbons, condiments en fonction des saisons.
Fruitescence et La ferme de Bonne semence réalisent des fruits séchés (mangue, banane...). Fruitescence va au-delà avec des tisanes et La ferme de Bonne semence avec du Komboucha disponible au Grand marché bio.

. Saveurs d'Inéry : tél. 0694 45 22 13 - celine.mehay[@]orange.fr
. Fruitescence- Cécile Paradis - 2174-G route de Rémire 97354 Rémire-Montjoly - tél. 0694  201 274 - Fruitescence.com - Vente sur place du lundi au vendredi 15h-18h30, samedi 11h-18h.
. La ferme de bonne semence - Brunel V - piste de Rococoua 97350 Iracoubo

Du miel sous toutes ses formes et du propolis sont proposés par quelques producteurs dont La ferme de PikDismi parfois présente le samedi matin au marché de Cayenne.
. La ferme de PikDismi - Arnaud et Kethiana Berthoulous Pk 10 piste Risquetout ouest 97356 Monsinery-Tonnegrande berthoulous.arnaud[@]gmail.com - tél. 0694 457 597

Le berceau de Moïse fournit liqueurs, sirop et punch local en plus de vendre des plantes médicinales et aromatiques, des fleurs et arbres fruitiers.
. Le berceau de Moïse - Mme Agatha François - 21 rue Les Alamanda-Les Ames-claires 97354 Rémire-Montjoly - tél. 0594 380 197.

Une marque, non bio, à grande diffusion s'est également développée en utilisant des produits locaux,
Delices-de-guyane.fr.
. Moinecha'Oula - Produits agricoles transformés - tél. 0594 344 977 / 0694 952 522

 4.4 Le Chocolat

La Guyane propose également du chocolat. L'histoire du cacao y serait ancienne et plongerait ses racines au coeur de la forêt selon
Chocolat-cacao.com. De cet arbre tropical "theobroma cacao" -cacaoyer ou breuvage des dieux en grec- découle deux sous-espèces, le forastero et le criollo dont un croisement a engendré le trinitario (à lire : l'article de futura-sciences.com). La Guyane est avec le Brésil et l'Amérique centrale une des régions originales de cet arbre. Une page y est d'ailleurs consacrée dans le site du Cirad.fr avec l'étude de cette forêt de cacaoyers "sauvages" dans le haut Camopi qui se rapprocherait en fait d'un sous-bois. Et le Cirad privilégirait plutôt l'approche en groupes morpho-géographiques au détriment des sous-espèces.
Aujourd'hui, quatre producteurs existent en Guyane :
Theobromao cacao Guyane, Walapulu.fr, Cacao d'Amazonie et Cacao Coeur de Saül. L'effort est louable et des visites guidées d'une journée sont même proposées par Cacao d'Amazonie pour des groupes de 8 personnes au départ de Régina en pirogue (250/300 euros). En saison des pluies de fin mars à juin, c'est l'occasion de s'émerveiller en apercevant les cabosses jaune vif au milieu d'une forêt vert émeraude. En saison sèche, les magnifiques fleurs illuminent le sous-bois. Au-delà de la découverte de la flore et du savoir-faire, l'aspect gustatif est évidemment essentiel.
Le prix des tablettes reste néanmoins assez élevé :  de 8 euros à 5 euros si vous avez la chance d'assister à une mini-foire artisanale comme "Les gourmandises" du PNR de Guyane au Grand hôtel Montabo le 12 mars 2016.
Pour vous lancer dans la fabrication artisanale, des cabosses, bio, se trouvent très facilement sur le marché de Cayenne le samedi matin.

. Theobroma : Facebook, tél. 0694 26 61 30 - 1200 av. Christophe Colomb 97320 Saint-Laurent du Maroni - drupa.angenieux[@]gmail.com
  à Cayenne, Cave à vin 63, rue René Jadfard et Confiserie Candy home CC Montjoly
. Walapulu : tél. 06 94 26 37 52
. Cacao d'Amazonie :
Facebook - Guyane-amazonie.fr - Agencebio.org - Piste Inéry 97390 Regina, tél. 06 94 42 29 22
. Cacao Coeur de Saül :
Facebook - Didier ROSTAING Bourg de Saül 97314 SAÜL - tél. 0694 42 67 50 - 0594 57 68 60, didier.rostaingddrt[@]gmail.com

  4.5 Le Café

Ce n'est pas un producteur local, mais
Café Chaulet, Cafe-guyane.fr torréfie ses fèves à Matoury près de Cayenne. Et dans quelques années grâce à leurs plantations, cette marque pourra proposer ses trois variétés de capsules compatibles avec une production locale. Parallèlement, l'association des caféiculteurs de Guyane développerait un projet de culture locale en agroforesterie dont les premiers résultats en 2014 ont été relatés par le Cirad.fr : ClAra -Clone d'Arabusta- décrit également dans leur revue AgroNews n°4 sept. 2014, p. 7.

 
4.6 Magasins et supermarchés

A côté des "chinois" et de leurs horaires très larges, Cayenne dispose de nombreuses grandes surfaces aux prix comparables à la métropole : Leader price, Géant Casino, Carrefour... Des espaces familiers s'offrent à vous et sont d'ailleurs assez fréquentés par les "métro". Il y a même un petit Darty, un petit Habitat, un petit But, un Gémo, etc... dans une zone commerciale en périphérie tout comme en métropole pour mieux profiter de l'étalement urbain grâce à la mini-voie express.

 
4.7 Restaurants et cafés

A Cayenne, les établissements ne manquent pas des cafés aux glaciers en passant par les restaurants où déguster une soupe chinoise.
Quelques cafés proposent une connexion wifi comme
Les amandiers et sa vue -quand les clients ne se garent pas juste devant. Dans la rue limithrophe, Justin Catayée, vous trouverez Nath et Edy's. Les deux premiers établissements ont l'énorme avantage d'être ouverts le dimanche matin dès 7h si jamais vous cherchez désespérément un endroit où boire un café...
La Guyane, c'est aussi le pays des glaces : prune de cythère, maracuja... une multitude de parfums à base de fruits locaux ou pas. Vu les températures, le corps s'y habitue très vite. A Cayenne et Matoury, quelques adresses intéressantes :
Kindou pour la cacahuète, Jo le glacier pour la prune de cythère, Edy's pour ses yaourts glacés. A vous de faire votre propre sélection.
Pour déguster une soupe "chinoise",
Snack Soleil au 1, rue Gaston Monnerville, un bon établissement derrière la grande halle du marché à Cayenne.
Tenté par une crêpe, une galette ou une "bana au lait", direction
Déli Crêpes au 21, rue Molé. Egalement, Breizh Kayenn, le jeudi matin au marché de Rémire-Montjoly et le samedi matin au marché des producteurs devant le Super U rond-point de la Madeleine; sur commande et pour les manifestations, tél. 0694 018 316.
Pour un déjeuner dans un jardin autour d'une piscine, le restaurant du Ker Alberte vous ouvre ses portes en plein centre ville -possibilité de récupérer vos plateaux à l'enK et de vous installler à une table.
Pour un pain au chocolat ou un croissant au beurre comme chez
Bousaïd près du marché de Cayenne, au Maeva avenue d'Estrée ou chez Victor Martin route de Baduel.

A Kourou, en bordure d'océan au 1, av. Boudinot, se trouve un restaurant, la
Maison péruvienne, un peu cher mais qui vaut le détour notamment pour ses "ceviche".

 5. Avant d'arriver, quelques précautions et autres objets utiles

  5.1 Moustiques

 
C'est certainement l'ennemi numéro un avec le soleil : les moustiques. Dans les bagages de l'avion, surtout ne pas oublier les anti-moustiques même si vous en trouverez dans la plupart des pharmacies à un prix un peu élevé. ET une moustiquaire avec arceau. Cela ne prend pas forcément beaucoup de place en plus d'être très léger et ça vous changera littéralement la vie ou plutôt les nuits même si la plupart des hôtels sont -trop- climatisés.

  5.2 Soleil

Le deuxième objet vital, c'est la crème solaire, Lavera, Eco Cosmetics ou Alga Maris -cf laveritesurlescosmétiques.com- avec un indice de protection le plus élevé possible. Ne vous inquiétez pas, vous bronzerez quand même. La Guyane est située à hauteur de l'équateur.

  5.3 Vêtements

Enfin, n'hésitez à vous vêtir léger et "couvrant" : manches et jambes longues. Le moustique apprécie particulièrement la chaire fraîche. Et évidemment, de bonnes lunettes ou sur-lunettes de soleil.
Attention également où vous mettez les pieds, les fourmis rouges ça "pique".

 6. De la constitution des prix en Guyane

 
En tant que nouvel-le arrivant-e, une chose surprend un peu : les prix. Tous les prix. Vous n'êtes pas perdu(e) au milieu de nulle part avec un désert autour de vous. Simplement, la Guyane souffre d'une certaine "insularité" ayant générée quelques monopoles "cachés" ou non qui ont néanmoins tendance à un peu s'estomper. Et les primes à la vie chère qui l'étaient réellement à une certaine époque auraient légèrement tendance à faire "gonfler" la note.
A Cayenne, les prix sont ceux d'une très grande ville de métropole mais sans les "prestations" et services correspondants.
Un équilibre s'est ainsi mis en place dans lequel il faut essayer de se frayer un chemin...

 7. Se Déplacer à Cayenne : en transport en commun
  Se déplacer le week-end : en voiture


 
Les transports en commun existent à Cayenne. Le seul problème, c'est que parfois des bus sont très en retard ou supprimés sans aucune transmission de l'information. Rien dans le site de la compagnie. Pas d'information via un quelconque medium, radio, sms... Début 2016, si vous n'avez pas les moyens de vous acheter un vélo ou mieux une voiture, vous pouvez attendre longtemps comme toute une partie de la population. La situation se rencontre notamment sur les lignes PC1 et PC2. Pourtant les chauffeurs sont sympathiques et avenants. Les bus sont récents et le personnel au guichet prêt à vous renseigner avec gentillesse.

 Pour partir en week-end, la voiture est indispensable comme pour les jours de pluie diluvienne. Si vous avez la possibilité de venir avec votre véhicule en bon état et de préférence un peu sur-élevé, cela vous évitera de payer (très) cher localement du neuf ou une occasion. Bien vérifier que la clim fonctionne pour éliminer la buée du pare-brise quand "il tombe des cordes" et que les vitres sont forcément fermées.
Le reste du temps, l'absence de relief autorise le vélo avec un très bon antivol ou vous pouvez opter pour les transports en commun (bientôt un bus en site propre pour l'agglomération).

 7b. Se Déplacer à Cayenne : à vélo > Cliquez ici > Rdv en page Vélo / Bicycle

 
Réelle alternative nécessitant la plus grande prudence ...


Emmanuel Boutinard - 2016


© Sémhur / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0
------------------




 

------------------
ADRESSES

TRANSPORTS


LOGEMENTS


*
www.leboncoin.fr

*
www.booking.com
*
www.airbnb.com

Carte de localisation OSM

 

 


Afficher une carte plus grande

 

 

 

 

 

 

 

  © Conception Réalisation Emmanuel BOUTINARD 2015